INFOGRAPHIE - Qui va bénéficier de la « Prime Covid » et à quelles conditions

Quand sera versé la prime covid rsa

Certains sont en première ligne, d’autres travaillent dans l’ombre. Mais tous vont recevoir une prime pour leur travail indispensable durant l’épidémie de coronavirus, comme le confirme un décret publié le 15 mai .

Ce texte détermine « les conditions dans lesquelles l’État, les collectivités territoriales et leurs établissements publics (…) peuvent verser une prime exceptionnelle » à leurs agents « particulièrement mobilisés pendant l’état d’urgence sanitaire ».

Personnel hospitalier

500 à 1 500 €

Versement en mai-juin. Défiscalisé et exempté de cotisations sociales.

1 500 € : dans les 40 départements les plus touchés ( liste dans le décret ) et pour 79 hôpitaux « impliqués dans la prise en charge de patients contaminés » (à hauteur de 40 % des effectifs) dans les autres départements.

500 € : dans les 61 autres départements.

À quelles conditions ?

Pour ceux ayant « exercé leurs fonctions de manière effective » dans les établissements publics de santé « entre le 1er mars et le 30 avril 2020 » et le personnel des hôpitaux des armées, à partir du 24 mars.

« Les personnes absentes plus de 30 jours calendaires au cours de la période de référence »ne sont pas éligibles (hors congé annuel ou arrêt maladie). Celles absentes au moins 15 jours auront droit à une prime réduite de 50 %.

Personnel des Ehpad

De 1 000 à 1 500 €

Versement dans les prochaines semaines. Défiscalisé et exempté de cotisations sociales.

1 500 € dans les 33 départements les plus touchés et 1 000 € dans les autres départements.

À quelles conditions ?

Pour « tous les personnels de tous les Ehpad »et des établissements accueillant des personnes en situation de handicap.

Éducation nationale

330 € à 1 000 € pour environ 65 000 personnes

Versement entre juillet et septembre. Défiscalisé et exempté de cotisations sociales.

Le montant dépend du temps de présence dans les établissements pendant le confinement. Trois sommes pourraient être envisagées : 330 € pour les agents mobilisés entre 4 et 9, 5 jours, 660 € entre 10 et 15, 5 jours et 1 000 € pour plus de 16 jours.

À quelles conditions ?

Pour les enseignants volontaires pour l’accueil des enfants de soignants pendant le confinement. Et pour d’autres catégories de personnels mobilisés, comme les infirmières en milieu scolaire ou les employés des services administratifs.

Fonction publique d’État et territoriale

330 €, 660 € ou 1 000 €pour environ 400 000 personnes

Versement à la fin de l’état d’urgence sanitaire. Défiscalisé et exempté de cotisations sociales.

À quelles conditions ?

Pour tous les agents de la fonction publique ayant eu un surcroît de travail. Y compris ceux en télétravail (policiers, militaires, surveillants pénitentiaires, etc.). Le montant est déterminé par un responsable en fonction de la durée de mobilisation de chacun. Une somme versée sans distinction de statut (y compris les contractuels).

Dans la fonction publique territoriale, policiers municipaux, éboueurs, etc., la prime est aussi plafonnée à 1 000 €.

→ À LIRE Coronavirus, des soignants « en première ligne »

Popular posts